L’eau vie

Comme ces trois vertes voiles
Un secret dans les toiles
Dominées par les mains
D’un vent calme et serein

Comme l’eau vie et chante
Dans le bateau s’engouffre
Va et vient dans la fente
D’une coque qui souffre

Comme une vie au leurre
Où dormait le mensonge
Sans bruit ni couleurs
Sont désormais tes songes

Comme un violent ciment
Qui bride ta trachée
Abrite en ce moment
Des demi-mots cachés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *