Tolbiac

Ange crasseux, tes milles voix rauques sans tact

S’écrasent sur les faces de statues de cire.

Sont-ce les alcôves évidées d’anciens lacs ?

Ces yeux gris que rien ne saurait adoucir.

 

Eux ? Des morts qui dispersent l’opprobre d’automne.

Une fille noire s’en écarte d’un pas sobre.

Elle donne le ressac à tes yeux mornes,

Et de sa main dispensent l’aumône d’octobre.

 

Ta main serre (à rien) ses pièces éparsées.

Tu es bon (à rien) pour une nuit à l’hôtel,

Que des draps propres(-à-rien) s’en viendront bercée.

 

Le train lève l’ancre sonore, souriant, tu sors,

Mes pensées faciles vacillent et s’éteignent. Elle

Te regarde partir par la vitre, et s’endort.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s